Saveurs littéraires

 
 




Sur la lecture Contre Sainte-Beuve  Pléiade page 170,  Librio page 23


«  Alors, quoi ?
ce livre, ce n’était que cela ?
Ces êtres à qui on avait donné
plus de son attention
et de sa tendresse qu’aux gens de la vie,
n’osant pas toujours avouer
à quel point on les aimait […]
ces gens pour qui 
on avait  haleté et sangloté,
on ne les verrait plus jamais,
on ne saurait plus rien d’eux. »


 

 


 


Du Côté de chez Swann Pléiade  pages 41-42, Folio édition 2013 page 97

«  Si ma mère était une lectrice infidèle
 c’était aussi […] une lectrice admirable
 […] elle amortissait au passage
toute crudité dans le temps des verbes,
donnait à l’imparfait et au passé défini
la douceur
qu’il y a dans la bonté,
la mélancolie
qu’il y a dans la tendresse […]
 »


 


 

 

Bergotte

Du Côté de chez Swann Folio pages 164-165.

 

« Il arrivait parfois qu’une page de lui disait les mêmes choses
que j’écrivais souvent la nuit
à ma grand-mère et à ma mère
quand je ne pouvais pas dormir […]
Aussi quand tout d’un coup
 je trouvais de telles phrases
dans l’œuvre d’un autre,
c'est-à-dire sans plus avoir de scrupules,
de sévérité, sans avoir à me tourmenter,
je me laissais enfin aller avec délices
au goût que j’avais pour elles,
comme un cuisinier qui pour une fois
où il n’a pas à faire la cuisine
trouve enfin le temps d’être gourmand. »

 

 



Caricatures

Du Côté de chez Swann Folio page 449.

 

Proust en quelques mots, parvient à donner les détails essentiels
qui campent le personnage.
La séquence des monocles est succulente : en voici trois extraits.

 

 
« […] le monocle du général,
resté entre ses paupières
comme un éclat d’obus dans sa figure vulgaire, balafrée et triomphale,
au milieu du front qu’il éborgnait
comme l’œil unique du cyclope […]


 

Mais celui de M. de Saint-Candé,
entouré d’un gigantesque anneau,
comme Saturne,
était le centre de gravité d’une figure
qui s’ordonnait à tous moments
par rapport à lui […]
la bouche lippue et sarcastique […]


 

[…] derrière le sien, M. de Palancy […],
avec sa grosse tête de carpe aux yeux ronds,
se déplaçait lentement au milieu des fêtes,
en desserrant d’instant en instant
ses mandibules comme pour
chercher son orientation […] »

 

retour haut de page        retour page Saveurs et Mots